• Poésies

    Quelques vers, de la prose mais surtout des mots pour exprimer un instant, une idée, une émotion… 

  • Aurore contemplative

     

    Qui braie

    Le long des haies,

    Mordille les œillets,

    Les graines et les haies,

    Piétine les broussailles ?

     

    Qui joue la demoiselle,

    Aux ailes bleu du ciel ?

    Vol intemporel,

    Image d'aquarelle

    Dans un champ de rocaille.

     

    Qui, en sabot

    Porte tricot,

    Joli calicot,

    Fleur coquelicot,

    Et chapeau de paille ?

     

    Qui,

    De bon matin,

    Trottine

    Sur le chemin ?

     

    Au crépuscule,

    Taquine

    Les campanules ?

     

    Au point du jour,

    Clopine

    Dans la cour ?

     

    Adonie ? L'ânesse grise, au pré broutant.

    Adélia ? Fluette libellule, déesse de l'étang.

    Adeline ? Douce princesse, que j'aime tant.

     

    Voici l'aurore contemplative.

     

    © Mars 2017 - Danielle REHN - Tous droits réservés

    Reproduction interdite selon le code de la Propriété intellectuelle

     

     

     


    1 commentaire
  • Cèpes, girolles

    Trompettes des morts,

    Rosés des près...

    Riche,

    Est la terre d'automne.

    Exquises feuilles folles

    Pourpres et or

    Diaprant joliment le décor

     

              Passant le pré,

              Elfes et trolls

              Saluent l'honorable roi

              Aux augustes bois,

              Il rée,

              Court, affole

              Les biches conquises,

              Soumises.

     

                        De la rosée au crépuscule

                        Quiétude et silence

                        Capitulent.

                        Dérive, alentour !

                        L'amour,

                        Aux cris de guerre,

                        Déchire l'univers.

                       C'est le brame du cerf.

     

                                  L'appel adultère

                                  Du mâle princier...

                                  Près de son père,

                                  La fillette au panier

                                  Frissonne de peur.

                                  Elle pleure,

                                  Se désole...

                                 Ses girolles tapissent le sol.

     

     


    1 commentaire
  • Au jardin d'Éléonore,
    Un jeune doryphore
    Aux élytres rayées d'or,
    Prisonnier d'une amphore
    Pavoisant le décor,
    Semble mort.
    Ou peut-être qu'il dort ?
     
           L'obscurité règne encore.
          Timide est l'aurore.
          Les pas de la fillette explorent
          Le sol gris du corridor.
          Sans bruit, elle sort,
          Court vers son trésor,
          Le beau Nabuchodonosor...
     
               Dans sa cité babylonienne,
                L'insecte peine
               À entrevoir les cieux.
               Aspirant à vivre
               Le prince des lieux,
               De liberté s'enivre.
               À la fillette divine, il se livre.
              Charitable, elle le délivre.
     
                    "Illustre ravageur des potagers,
                      Entends ma prière :
                     Auprès du jardinier, il y a danger.
                     Délaisse les pommes de terre,
                    Brise ton désir
                    En un dernier soupir,
                    Et sur le chant du rossignol,
                   Prends ton envol."
     
                                         Confiant son esprit
                                        À l'enfant qui le prie,
                                       Le prince bicolore,Nabuchodonosor, le doryphore
                Nabuchodonosor, le doryphore                       À la raison se plie.
                                      Ailes au vent, il oublie
                                      Les belles décoiffées,
                                      Les belles échevelées.  

     

     

                         

    1 commentaire
  •  

     

                                            Hôtes des rivières,

    Amis des nénuphars,Pêcheur de fleurs....

    Gardons et carpillons

    Insouciants, se prélassent.

     

    Foulant la terre

    Sous l’œil des canards,

    Quatre bottillons

    Timidement s’enlacent.

     

                                                 Aux petits de la brème 

                                                Des bulles de « je t’aime »,Pêcheur de fleurs....

                                               Et pour Lucie qui m’aime,

                                              L’ébauche d’un poème.

     

    La canne du pêcheur plie.

    L’écervelé sous l’eau oublie

    La dure leçon

    De l’hameçon.

    Pêcheur de fleurs....

     

    Tourbillon

    Autour du bouchon vermillon...

    Scélérate,

    L’ondine sous l’eau appâte.

     Pêcheur de fleurs....

    Leurre d’un festin

    Pour l’animal peu malin !

    Chagrin pour Lucie !

    Le gain pose souci…

     

    Devant la triste proie,

    D’effroi, sa voix larmoie.

    « Lubin, écoute ton cœur,

    Et viens-t-en cueillir les fleurs » !

     Pêcheur de fleurs....

                                                      Le gardon bien mignon

                                                     Rend l’hameçon polisson...

                                                     Douce est la chanson

       Libérant  le poisson. 

     

     


    1 commentaire
  • Ode à l’Amour

    ODE À L'AMOUR

    Coule, coule ruisseau...

    Ce jour, nul autre bataillon,

    Qu’un vol de papillons,

    Ne flattera l’onde de ton eau.

     

    Envol séduisant d’amants,

    Aux ailes mêlées,

    Courtisant l’azur ensoleillé

      Sous la caresse du vent.

     

    Ils rêvent de beaux paysages,

    De longs voyages

    Au-dessus de la terre,

    Où règne la lumière.

     

    Tendres bises

    Et langoureux baisers

    N’auront de mises

    Que le désir d’aimer.

     

    L’onde du ruisseau,

    À ce jour, troubadour,

    Murmure, sans détour,

    La prestigieuse alliance.

     

    Entre ciel et flots,

    L’élégance mire sur l’eau,

    La substantielle danse…

    Ode céleste, aubade à l’Amour !

     

    ODE À L'AMOUR


    3 commentaires